Valeurs nutritionnelles

Composition nutritionnelle du rat à différents âges

Les terrariophiles utilisent des termes pour qualifier les stades de croissance du rat ou de la souris.

Un rosé
Un « rosé » est un nouveau-né présentant par transparence une « poche de lait », gage d’un apport en calcium important pour le bon développement du squelette du prédateur.

Un blanchon
Un « blanchon » est un tout jeune rongeur âgé de 2 à 3 semaines et commençant à présenter une pilosité visible et régulière.

Une sauteuse
Une « sauteuse », ou plus communément « subadulte » chez le rat, est un individu complètement formé mais encore jeune, de 4 à 8 semaines, et d’un poids variant entre 80 et 200 grammes.

Un adulte
Un adulte est par définition un individu ayant atteint sa taille définitive.

Caractéristiques nutritionnelles moyennes du rosé

Un rosé aura les caractéristiques nutritionnelles moyennes suivantes :

  • Poids inférieur à 10 grammes (souris : < à 3 grammes )
  • Matière sèche 20,8 %
  • Protéines brutes 57,9% de la MS
  • Lipides 23,7% de la MS
  • Cendres brutes 12,2% de la MS
  • Energie 6,37 Kcal/gramme (rosé de souris : 4,87)
  • Vitamine A 21000 UI/kg
  • Vitamine E 470 UI/kg
  • Calcium 1,85% de la MS
  • Phosphore ?
  • Magnésium 0,12% de la MS
  • Cuivre 60,6 mg/kg
  • Fer 275,8 mg/kg

Caractéristiques nutritionnelles moyennes du blanchon

Un blanchon aura ces caractéristiques :

  • Poids 15 à 50 grammes
  • Matière sèche 30%
  • Protéines brutes 56,1% de la MS
  • Lipides 27,5% de la MS
  • Cendres brutes 14,8% de la MS
  • Energie 5,50 Kcal/gramme (blanchon de souris : 6,65)
  • Vitamine A ? UI/kg
  • Vitamine E ? UI/kg
  • Calcium 2,07% de la MS
  • Phosphore ?
  • Magnésium 0,12% de la MS
  • Cuivre 11,3 mg/kg
  • Fer 133,2 mg/kg

Caractéristiques nutritionnelles moyennes de l'adulte

Un rat adulte aura les apports suivants :

  • Poids supérieur à 200 grammes (souris : 30 à 50 grammes)
  • Matière sèche 33,9%
  • Protéines brutes 61,8% de la MS
  • Lipides 32,6% de la MS
  • Cendres brutes 9,8% de la MS
  • Energie 6,37 Kcal/gramme (blanchon de souris : 5,25)
  • Vitamine A 151 300 UI/kg
  • Vitamine E 139,2 UI/kg
  • Calcium 2,62% de la MS (souris :2,98)
  • Phosphore 1,48% de la MS (souris :1,72)
  • Magnésium 0,08% de la MS
  • Cuivre 6,3 mg/kg
  • Fer 148 mg/kg

Commentaires des données

La valeur nutritionnelle du rat est très variable en fonction de l’âge. Les stades néonataux comparés du rat d’un jour et de la souris du même âge tendent à prouver que l’utilisation du rat à ce stade est plus probante sur le plan nutritif. Cette tendance s’inverse au cours de la croissance du rat : un blanchon de rat sera plus pauvre en nutriments de manière globale qu’un blanchon de souris. A l’âge adulte, cela s’inverse à nouveau, avec une composition en macronutriments en faveur du rat, qui par ailleurs s’appauvrit en concentration de micronutriments en vieillissant (principalement en minéraux).

Le rapport phosphocalcique (quantité de calcium divisée par la quantité de phosphore, en % ou en g/kg de poids vif) doit être supérieur ou égal à 2 pour la nutrition de tous les reptiles, qu’ils soient végétariens, insectivores ou carnivores. Ce rapport est de 1,77 chez le rat : pour autant, cela ne nécessite pas de complément calcique pour les reptiles nourris avec du rat adulte ou nouveau-né.

Bien souvent, les serpents juvéniles ne sont pas en mesure d’avaler une proie aussi grosse qu’un rat néonate : une jeune couleuvre des blés (Pantherophis guttatus) ne mesure guère plus d’une vingtaine de centimètres et devra dans ses premières semaines se contenter de rosés de souris.

Les serpents, tant qu'ils sont nourris de proies entières, n'auront jamais de carences .

Ils assimilent en effet le calcium osseux de leurs proies en le digérant, au niveau du taux d'absorption c'est de l'ordre de 20 à 30% d'absorption effective, chiffre tout à fait honorable dans le règne animal.

Ils assimilent de la même manière minéraux, oligo-éléments et vitamines contenues dans la proie. La kératine des griffes et ongles de rongeurs se retrouve par exemple directement dans leur tégument. Par comparaison, une vache laitière n'absorbera qu'entre 12 et 15% du calcium contenu dans son alimentation (source : INRA).

Les reptiles strictement insectivores sont particulièrement exposés aux carences minérales et vitaminiques.
Tous les invertébrés présentent généralement une forte teneur en matières grasses et en protéines, mais ils sont tous
carencés en calcium (environ 0,2 % de la matière sèche, moins de 0,5 mg/kcal, et rapport Ca/P voisin de 0,1), car ils
sont dépourvus d'un endosquelette calcifié comme les vertébrés (les insectes et les arachnides possèdent un exosquelette chitineux, riche en amino-cellulose, difficile à digérer, et très pauvre en calcium) (Tableau VI). Ils sont, pour la plupart, assez pauvres en Vit A (1500-1000 U.I/kg de M.S).
Les escargots et les crustacés constituent d'excellentes sources de calcium s'ils sont distribués avec leur carapace, au même titre que les lombrics s'ils sont issus d'un sol riche en calcaire.
Compte-tenu de leur faible teneur en calcium et en vitamine A, les invertébrés doivent être préalablement nourris à l'aide d'aliments commerciaux pour insectes (se renseigner en animalerie spécialisée) et saupoudrés de carbonate de calcium juste avant d'être proposés aux animaux.
Les divers invertébrés distribués ne doivent pas avoir été victimes de pesticides (ex : "tue limaces",insecticides...), herbicides ou engrais, sous peine d'intoxication potentiellement mortelle pour le reptile.

Analyse approxymative du contenu énergétique des invertébrés
Espèces DM
%
CP
%
CF
%
ASH
%
ADF
%
GE
kcal/g
Lumbriculus variegatus 18.2 47.8 20.1 4.5 0.7 5.57
Glycera 9.9 52.8 9.7 11.3 * *
Periplaneta americana 37.7 53.9 28.4 3.3 9.4 6.07
Larve de Ostrinia nubilalis 27.3 60.4 17.2 2.9 13.1 5.69
Chrysalide de Ostrinia nubilalis 28.0 64.2 17.0 2.6 15.4 5.60
Criquet domestique adulte 31.0 64.9 13.8 5.7 9.4 5.34
Criquet domestique adulte enrichi en calcium 30.3 65.2 12.6 9.8 13.2 5.40
Micro criquet domestique adulte 47.4 * * * * *
Lombricus 20.0 62.2 17.2 5.0 9.0 4.65
Chauliodina 26.5 63.9 19.5 5.8 10.9 5.88
Drosophila melanogaster 29.6 70.1 12.6 4.5 27.0 5.12
Larve de Drosophila melanogaster 21.2 40.3 29.4 9.8 5.9 5.57
Chrysalide de Drosophila melanogaster 32.4 52.1 10.5 14.1 17.4 4.84
Larve de Musca domestica 93.7 56.8 20.0 6.8 18.0 6.07
Chrysalide de Musca domestica 96.4 58.3 15.8 6.8 19.9 5.70
Tenebrio molitor 38.6 63.7 18.4 3.1 16.1 5.79
Larve de Tenebrio molitor 37.6 52.7 32.8 3.2 5.7 6.49
Chrysalide de Tenebrio molitor 39.0 54.6 30.8 3.4 5.1 6.43
Larve de Zophobas morio 40.9 45.3 55.1 2.9 7.2 7.08
Zophobas morio enrichi en calcium 42.2 38.9 45.4 3.5 7.7 6.79
Larve de Culicidés(moustique) 94.0 42.2 16.1 11.8 * *
Lumbricus terrestris 16.3 60.7 4.4 11.4 15.0 4.93
Tubifex tubifex 11.8 46.1 15.1 6.9 * *
Bythotrephes longimanus 91.7 55.2 6.6 10.8 * *
Bythotrephes longimanus 91.7 55.2 6.6 10.8 * *
Larves de Galleria mellonella 34.1 42.4 46.4 2.7 4.8 7.06
Larves de Galleria mellonella enrichi en calcium 39.9 * * 2.5 * *

CP = Protéine crue

*   Valeur non déterminée

Sources:
Duane E. Ulrey - Laboratoire de nutrition (Michigan State University) comparative et Mary E. Allen, Parc zoologique national (USA)

Feeding captive insectivorous animals: Nutritional aspects of insects for food Joni B. Bernard, PhD

Analyse approxymative du contenu énergétique des amphibiens
Espèces DM
%
CP
%
CF
%
ASH
%
GE
kcal/g
Osteopilus septentrionalis 1926.6 71.2 10.2 NA 4.80a
Rana clamitans 722.5 71.2 10.2 NA 4.80a
Rana catesbeinana (Juvénile) 112.4 NA 16.4 44 NA
Rana catesbeinana (Mature) 117.6 34.4 31.4 19.9 4.73a
Peltophryne lemur 36.9 23.3 21.3 22.7 4.59
Bufo terrestris (Juvénile) 126.4 61.8 13.7 NA 4.61a
Bufo terrestris (Adulte) 428.2 61 14 NA 4.25

ª Calculated by adding the product of % crude protein x 5.43 kcal/g to the product of % crude fat x 9.11 kcal/g.29

Sources: Ellen S. Dierenfeld, PhD, Heather L. Alcorn, BS, and Krista L. Jacobsen, MS - 2002